Visuel Pinterest TordesillasAprès de nombreux rebondissements, nous avons fini par recevoir notre carte grise VASP ! Enfin nous étions en règle et nous n’avions plus à nous soucier des contrôles… Comme nous n’avions pas pu profiter de l’été pour partir, nous comptions prendre la route pendant les deux semaines des vacances de la Toussaint. Notre objectif était simple : descendre vers le sud de l’Espagne pour échapper à la grisaille et au froid. La carte grise est arrivé le premier jour des vacances. L’après-midi même nous étions à bord de Félix, notre Trafic aménagé. Nous avons décidé d’aller jusqu’en Estrémadure, sans programmer précisément notre voyage. Nous déciderions de la suite au jour le jour, étape après étape, selon nos envies et les caprices de la météo. En tout cas, il nous fallait d’abord traverser la Castille et c’est à Tordesillas, une petite ville chargée d’histoire, que nous avons choisi de faire une halte.

1. San Sebastián, une première nuit mouvementée

Trouver un spot au Pays Basque

Nous sommes arrivés au Pays Basque en fin d’après-midi. Il semblait difficile de trouver un lieu tranquille en pleine nature pour passer la nuit. Non seulement la côte est très urbanisée mais en plus les véhicules aménagés ne sont pas vraiment les bienvenus… Ce qui est surprenant pour une région qui accueille autant de surfers ! La plupart des parkings ont des barres de hauteur, parfois à moins de 2 mètres. Alors, nous avons décidé de passer la frontière et de chercher un spot du côté espagnol.

Nous en avons trouvé un qui semblait parfait, avec vue sur la baie de San Sebastián. Il fallait faire vite : le soleil commençait à flirter avec l’océan et il ferait bientôt nuit. Nous voilà donc lancés sur des routes étroites de montagne alors que nous ne sommes pas encore habitués au gabarit du véhicule. Le GPS se montre capricieux. Il nous fait tourner en rond et prendre des raccourcis peu adaptés à la longueur de notre fourgon. Plusieurs fois, nous perdons le signal. Enfin, nous sommes sur la bonne route. Ça grimpe, encore et encore. La route se rétrécit… Premières sueurs froides… On espère qu’on ne croisera personne car on n’est pas encore à l’aise pour manœuvrer notre maison roulante. Le stress augmente à mesure que le soleil plonge dans les eaux. Enfin, nous arrivons sur le spot.

La nuit s’installe, il faut faire vite pour se garer et pouvoir repérer les lieux. Nous allons passer la nuit dans le van, alors autant être rassurés. Nous ne sommes pas seuls. Un couple de retraités français admire les derniers rayons du soleil avant de se réfugier dans son fourgon. Quelques locaux quittent les lieux avec leurs voitures.

La montagne, la pluie, le vent

Mathieu s’inquiète un peu. Nous avons nos roues dans la boue et peu de place pour faire demi-tour. Il craint qu’on ne s’enlise et qu’on n’arrive pas à repartir le lendemain. Mais il est trop tard, la nuit noire nous entoure désormais et on n’aperçoit plus que les lumières de San Sebastián au loin, de l’autre côté de la baie.

Alors commence la préparation du repas. Soudain, Fermín aboie. On a de la visite. Un Suisse garé en contrebas vient nous saluer. Il est allé jusqu’en Galice et rentre à présent chez lui. On échange quelques mots, un peu de français, un peu d’anglais, un peu d’espagnol. Mais la pluie commence à tomber, le vent à souffler, alors chacun se réfugie dans son van.

La tempête durera toute la nuit… Une longue nuit, peu reposante. On entend les gouttes claquer en s’écrasant sur le toit. Le vent nous secoue. Mathieu se met à cogiter et, dans son optimisme habituel, il nous imagine déjà embourbés.

spot vanlife saint sebastien

Spot pour une nuit en van avec vue sur la baie de Saint-Sébastien.

Lorsque le soleil se lève, on ouvre la porte du van et on se retrouve nez à nez avec un bélier. Des bergers sont en train de rabattre leur troupeau. Les moutons se sont échappés pendant la nuit car le vent a endommagé les clôtures. Le brouillard baigne encore la baie mais lorsque nous terminons notre petit-déjeuner le ciel semble enfin plus clément et peu à peu le soleil reprend le dessus. Finalement, on repart sans difficulté… Direction Tordesillas, en Castille-et-León.

2. Dormir à Tordesillas : au bord du fleuve El Duero

Nous arrivons à Tordesillas en début d’après-midi. Nous trouvons facilement le spot indiqué sur l’application Park4night. Il n’y a rien à redire, cette application est vraiment formidable ! Que de temps gagné ! Pas besoin d’errer dans la ville à la recherche d’un coin tranquille.

spot vanlife tordesillas

Rive du fleuve Duero, au pied de Tordesillas.

Ce que nous découvrons correspond bien aux photos. Nous sommes soulagés car nous nous sentons en sécurité, juste à l’entrée de la ville mais en pleine nature. On s’installe sous les arbres, au bord du fleuve El Duero. Fermín se lance à la découverte de ce nouvel environnement. La truffe au sol, la queue qui bat de gauche à droite, il est visiblement satisfait ! En plus, il tombe museau à naseaux avec un cheval qui derrière le portail de son pré nous observe.

L’endroit est si calme et nous sommes un peu fatigués par la route. Alors nous décidons de nous poser là pour le reste de la journée. Nous branchons le chauffage et nous préparons un thé. C’est le paradis !

fleuve Duero Tordesillas

Fermín a trouvé son spot !

De temps à autre, des promeneurs passent mais personne ne semble gêné par notre présence. Et dès que le soleil se couche, nous nous retrouvons seuls.

La tête dans le brouillard

Brume sur le fleuve Duero.Mathieu se lève tôt le lendemain. En sortant du van, il constate que la brume a envahi la vallée. Un promeneur le salue et engage la conversation. Il a vu la plaque et a remarqué que nous venions de France. Alors il explique à Mathieu comment se rendre au centre-ville rapidement en passant par un raccourci. Il a vu la veille que nous avions un chien et nous recommande de suivre le chemin qui longe la rive du fleuve jusqu’au prochain village. Il nous promet que nous verrons ainsi de beaux paysages. Malheureusement le temps nous manquera. Ce sera pour la prochaine fois.

Pour l’heure, Samuel et Fermín se sont réveillés. On profite de l’ambiance singulière créée par la brume pour prendre quelques photographies. Puis on se prépare. Nous voulons visiter un peu la ville et faire quelques courses.

Un petit tour et puis s’en vont

Tordesillas est connue pour être la ville où fut signée en 1494 le traité qui partageait le Nouveau Monde entre l’Espagne et le Portugal. C’est une petite ville médiévale, située près de Valladolid.

Plaza mayor de Tordesillas

La Plaza Mayor de Tordesillas…


Levez la tête pour ne pas manquer les impressionnants nids des cigognes.


Il est très agréable de flâner dans les vieux quartiers. Dans le cadre de la rénovation du centre-ville, la mairie a soutenu un projet de street art. Des artistes, des habitants et des commerçants volontaires ont réalisé des fresques murales qui évoquent pour la plupart le traité de Tordesillas avec poésie.

En nous éloignant du centre, nous tombons sur un Alimerka ! Nous voilà comme en Asturies ! Nous sommes sauvés : on va pouvoir faire les courses et acheter de la sidra !

Avant de rentrer au van et de reprendre la route, nous nous arrêtons dans un café pour acheter notre traditionnel billet de la loterie de Noël que les Espagnols appellent « El Gordo de Navidad ».

Nous avons adoré faire escale dans cette charmante ville. C’était vraiment trop court alors on se promet d’y revenir. Mais à présent il nous faut continuer à descendre car l’Estrémadure nous attend !

On en parle dans les commentaires ?

Tu connais de bons spots pour dormir au pays basque côté français ? Des villages qui méritent le détour en Castille ? Cela nous intéresse !

Abonne-toi à la

NEWSLETTER

Mathieu et Samuel

Auteur Mathieu et Samuel

Nous sommes un couple gay, fusionnel, uni par l’amour, par notre goût pour la culture et par nos indignations communes. Libertaires et écologistes, nous sommes attachés à défendre un monde plus juste, plus humain et plus respectueux du vivant. Notre nouveau défi : devenir digital nomads et parcourir les routes d’Europe en van aménagé !

Tous les articles de Mathieu et Samuel

Laisse un commentaire