Visuel Pinterest vendre livres d'occasionNotre projet de vie en van nous a obligés à nous interroger sur ce que nous possédons. Que garder et comment stocker durant la période où nous n’aurons plus de logement ? Sans envahir nos amis ou notre famille, voire dépenser dans la location d’un espace de stockage. Parmi les objets les plus encombrants, en terme d’espace et de poids, se trouvent les livres. Après avoir trié les nôtres, nous nous sommes retrouvés avec près de 500 ouvrages dont nous voulions nous séparer. Des recherches, lectures et observations nous ont permis de trouver un bon nombre de solutions pour vendre nos livres d’occasion. Nous les partageons avec vous.

Plateformes spécialisées : vendre des livres d’occasion récents

Les livres possédant un code barre, édités après 1980, peuvent se vendre sur des plateformes spécialisées. Après en avoir testé plusieurs, nous avons retenu : Gibert, Momox et la plateforme spécialisée de Kiwibook.

Un fonctionnement simple

Sur chacune, le principe est le même : il faut saisir les 13 chiffres du code barre du livre, aussi appelés EAN 13 ou ISBN 13. Si vous avez un smartphone, vous pourrez gagner du temps en le scannant via les applications.Le site vous indique s’il reprend l’ouvrage et à quel prix. Si celui-ci convient, il suffit d’ajouter le livre à votre liste. Le gain total en cas de vente s’actualise systématiquement.

Les livres que vous vendez doivent être dans un état impeccable :

  • pas d’annotations à l’intérieur
  • pas de pages manquantes ou déchirées
  • une couverture non écornée.

Les plateformes se réservent le droit d’en refuser si leur état ne les satisfait pas. Il faut être d’autant plus prudent sur l’état des livres, car, une fois envoyés, il y a peu de chance que vous les récupériez pour les vendre ailleurs. En effet, les trois plateformes vous proposent de vous les retourner, moyennant le paiement de frais de port.

Une fois la saisie terminée, chaque site proposera d’éditer un reçu à joindre au colis et d’éditer l’étiquette à apposer au colis : via Mondial Relay pour les trois sites, ou Colissimo pour Gibert.

Dès réception du colis, vous recevez un courriel. Un autre suivra indiquant les éventuels livres refusés et le montant final de la transaction.

Les trois sites proposent de vous régler par virement bancaire. Gibert propose également d’alimenter votre compte Paypal ou encore un compte tirelire mais cela oblige à racheter sur leur site.

Chacun indiquera aussi traiter les colis en 48 ou 72h. Il faut savoir que ce délai sera plutôt d’une semaine, voire 10 jours.

Ce qu’il faut savoir sur ces plateformes de vente de livres d’occasion

On aura bien évidemment la tentation de toujours choisir le site qui propose le prix de reprise le plus élevé. Mais ce n’est pas si simple.

Gibert pour les livres universitaires et spécialisés

Gibert aura tendance à reprendre certains livres, notamment universitaires et spécialisés, à un prix un peu plus élevé que les autres. En contrepartie, le libraire fait payer les frais de port vers son site de traitement des colis en déduisant ceux-ci du montant de vos gains. Les livres pesant lourd, la somme monte assez vite et peut atteindre 20 – 25 euros.

L’avantage de Gibert sur ses concurrents, c’est que le libraire possède 40 magasins en France. Pour éviter des frais de port, vous pouvez préparer votre vente tranquillement chez vous et porter le colis dans le magasin le plus proche.

Momox pour les ouvrages en langue étrangère

Momox, pour sa part, ne fait pas payer les frais de port.

Autre intérêt : Momox étant une plateforme internationale, le site reprendra plus aisément des ouvrages étrangers ou en langue étrangère. Nous avons pu y revendre quelques ouvrages en anglais et en espagnol.

Kiwibook : 10 livres minimum

Kiwibook ne fait pas payer les frais de port, mais conditionne le rachat des livres à deux plafonds : un minimum de 10 livres et un montant minimal de 10€ de valeur de reprise.

Une astuce pour vendre tous vos livres

Les plateformes de rachat spécialisées dans les livres : un moyen simple et rapide pour vendre.

Une dernière petite astuce, non dénuée d’intérêt ! Ce n’est pas parce qu’un ouvrage n’est pas repris lorsque vous faites votre vente, qu’il ne le sera jamais. En effet, l’offre, la demande et les stocks des plateformes variant en permanence, les livres qu’elles recherchent changent aussi. Alors, n’hésitez pas à tenter de vendre à nouveau des livres précédemment refusés.

Nous avons ainsi pu nous débarrasser d’une quarantaine de livres supplémentaires récemment. Parmi eux, un ouvrage en anglais, refusé précédemment, que Momox a finalement repris pour 60€, plus que son prix d’achat ! Restons calme, cela arrive rarement.

Ces plateformes nous ont tout de même permis de nous débarrasser de près de 450 livres à ce jour. Même si le prix de reprise est souvent décevant, cela nous a rapporté de quoi aménager une partie de notre van.

Enfin, elles reprennent également les CD, DVD et parfois les vinyles (tant qu’ils ont un code barre).

Comment vendre les livres d’occasion non repris par les plateformes ?

Les plateformes spécialisées ne sont pas l’unique solution, même si elles ont l’avantage de procurer un gain immédiat et certain. D’autres opportunités existent.

Les bouquinistes

Les livres anciens, « rares » (c’est à dire édités en peu d’exemplaires), dédicacés, très spécialisés ou les éditions originales (numérotées) peuvent trouver preneur auprès de bouquinistes ou libraires spécialisés. La démarche est toutefois compliquée par leur absence de visibilité sur le web. Nous avons contacté quelques professionnels via leurs sites. Certains n’ont pas répondu, d’autres nous ont indiqué arrêter leur activité.

Qu’à cela ne tienne, au cours de voyages il est toujours possible de trouver des bouquinistes et de les interroger sur les livres qu’ils seraient prêts à reprendre. Aussi, avoir une liste de ces ouvrages avec soi peut toujours être utile.

On peut également penser à interroger des vendeurs de livres d’occasion sur des brocantes ou vide-greniers.

Les plateformes généralistes

Les livres non repris par les plateformes spécialisées ou les bouquinistes peuvent trouver preneur sur d’autres canaux de vente en ligne. Le gain est moins certain, tout au moins il sera moins rapide. Il ne faut donc pas se montrer pressé et faire preuve de souplesse sur le prix de vente souhaité. Nous avons décidé de rester ouverts à la négociation avec les acheteurs potentiels.

Notre objectif reste toujours de nous débarrasser, même à un faible prix, plutôt que de devoir stocker des livres qui finiront par nous encombrer.

Parmi les sites que nous utilisons, il y a notamment Ebay, LeBonCoin, Priceminister (devenu Rakuten). Leur intérêt est leur notoriété. Chacun présente des avantages et des inconvénients. Leur principal atout est que l’on peut y vendre de tout (livres, CD, bibelots, meubles, outillage, etc.)

LeBonCoin : la simplicité

LeBoncoin a l’avantage de la simplicité dans le processus de mise en vente : un titre, une description, 2-3 photos. C’est aussi un site populaire, donc très fréquenté. En contrepartie, votre annonce sera noyée dans une foule d’autres et ne ressortira pas. Aussi, il faut faire attention aux mots choisis dans le titre et le contenu de l’annonce, car les critères de recherche sont limités.

Il faut noter que LeBonCoin ne prend aucune commission sur les ventes réalisées car son modèle économique repose sur la facturation des annonces aux professionnels. Aussi, toute transaction se fera entre particuliers.

Le site fournira tout de même un état annuel des ventes réalisées sur son site. Une loi fiscale récente nous oblige à déclarer dans nos revenus les ventes d’objets d’occasion, lorsque leurs montants cumulés dépasse 6 000€ par an.

Ebay : moyennement satisfaisant

Ebay bénéficie d’une visibilité internationale. Cela permet une meilleure visibilité de votre annonce. Sans option, la mise en vente est gratuite. Le nombre de catégories proposées est important, donc les critères de recherche pour les acheteurs potentiels aussi. Si l’objet n’est pas vendu au bout de la période choisie, il peut être remis en vente indéfiniment.

Ebay a un modèle économique différent. C’est une plateforme de mise en relation qui se rémunère sur ce critère. Il y a donc des options de mise en vente payante et une commission sur le prix de vente sera appliquée. Celle-ci est calculée selon des critères qui ne sont pas totalement clairs.

Enfin, il faut noter qu’en cas de litige, Ebay finit toujours par donner raison à l’acheteur, même s’il est de mauvaise foi. Depuis 12 ans que nous avons un compte Ebay, nous avons noté cette dérive du site : les vendeurs ne peuvent plus noter les acheteurs et, en cas de litige Ebay vous fait rapidement comprendre que le problème vient forcément de vous. De plus en plus de vendeurs, sur les forums, se plaignent d’ailleurs de cela.

Enfin, malgré le marketing d’Ebay, on ne vend pas plus ou mieux sur leur site que sur un autre. D’autant que l’entreprise fait partie de ces grand groupes mondiaux qui défiscalisent et ne paient pas ou peu d’impôts dans le pays où elle réalise son chiffre d’affaires. Mais à chacun de voir en fonction de ses valeurs propres. En revanche, Ebay ne vous oubliera pas pour vous rappeler d’indiquer le montant de vos ventes dans votre déclaration de revenus…

Priceminister / Rakuten : seul avantage, la gratuité

Priceminister, ou Rakuten, depuis son rachat par le groupe japonais, est un compromis entre les deux plateformes précédentes. Le dépôt d’une annonce peut se faire à partir du code barre, le titre ou l’auteur. Il est possible de créer une annonce en créant l’article, s’il n’existe pas. Enfin, le dépôt d’annonce est gratuit et aucune commission ne sera prélevée sur le produit de vos ventes.

Une petite astuce : regarder les prix de vente proposés sur les autres annonces afin de vous positionner en conséquence. Il ne faut cependant pas être pressé, car les objets peuvent rester des mois sans intéresser personne. Mais il est toujours possible de revoir à la baisse son prix de vente.

Autres solutions

Si vous voulez vendre vos livres d’occasion

Il existe d’autres plateformes généralistes comme ParuVendu. Mais nous ne les avons pas testées, les conditions d’utilisation ou le montant des commissions sur les ventes réalisées n’étant pas toujours clairs.

Site mytroc aperçu

Mytroc.fr, le troc sur le web

Il existe des sites s’inscrivant dans une démarche écologique. comme Consoglobe qui, parmi ses différents sites, propose une plateforme de vente, gratuite. Un autre intérêt du site est de proposer des échanges : chacun se défait d’un objet dont il n’a pas l’utilité en permettant à une autre personne de trouver gratuitement un objet dont elle a besoin. Dans l’idée du troc, nous attirons votre attention sur MyTroc qui propose… du troc. Mais chaque objet est valorisé en « noisettes »afin que la différence de valeur entre les objets soit respectée.

Une dernière manière de recouvrer un peu d’argent est enfin de participer à un vide-grenier ou une brocante.

A l’aide de toutes ces pistes, vous aurez la possibilité de rentabiliser un peu votre désencombrement en livres. mais il ne faut pas s’attendre à recouvrer le montant investi dans l’achat de livres, CD, DVD ou vinyles vendus.

Si vous voulez donner vos livres

Des livres n’ont pas trouvé preneur malgré toutes ces tentatives ?

Il existe encore des solutions pour leur donner une seconde vie. Vous pouvez contacter votre bibliothèque municipale et lui proposer de leur donner les livres. Les écoles d’art peuvent être intéressées par des ouvrages spécialisés dans le sujet. Potentiellement, des bibliothèques d’établissement d’enseignement, surtout spécialisé, peuvent être intéressés par des ouvrages pointus sur leurs spécialités.

Enfin, s’il vous reste encore des livres, des associations à but écologique et social, spécialisées dans leur valorisation, leur offriront la possibilité d’une seconde vie.

Et vos tous derniers ouvrages, trouveront encore une chance grâce aux points livres qui fleurissent dans les zones urbaines et les entreprises. Le principe est on ne peut plus simple : un espace est réservé, où chacun peut à loisirs déposer des livres dont il ne veut plus, ou encore en emprunter, puis les conserver ou pas.

Cet article n’est pas exhaustif. Aussi, si vous connaissez d’autres astuces pour valoriser les livres dont vous vos séparez, n’hésitez pas à les partager en laissant un commentaire.

Abonne-toi à la

NEWSLETTER

Samuel

Auteur Samuel

Passionné par l’art, Samuel prend le temps d’observer le monde et s'émerveille devant la nature. Empathique et généreux, il apprécie et recherche les rencontres humaines authentiques. Sous son flegme apparent se cache cependant un véritable révolté et ses coups de gueule peuvent être cinglants.

Tous les articles de Samuel

Laisse un commentaire