Après un road trip de 2 semaines qui nous a conduits en Estrémadure puis dans les Asturies, nous pouvons enfin dresser un bilan de nos premières vacances en van. Un bilan très positif ! Nous avons adoré cette expérience et ce mode de vie. Nous n’avons qu’une hâte, repartir sur les routes vers une nouvelle destination ! Mais avant de partir, il est vrai que nous avions quelques appréhensions… Où allait-on dormir ? Aurions-nous du mal à trouver en Espagne des spots pour passer la nuit ? Notre installation électrique serait-elle suffisante ? Risquerait-on de manquer d’eau ? Allait-on pouvoir se doucher ? Finalement, tout s’est bien passé et nous n’avons pas du tout regretté le confort d’un gîte rural. Nous nous sommes parfaitement sentis chez nous dans notre petit cocon sur roues. C’était vraiment plaisant de se réveiller tous les matins dans la nature, et souvent devant des paysages magnifiques.

1. Park4night : l’application indispensable

Si vous suivez des vanlifers sur les réseaux sociaux, vous avez forcément déjà entendu parler de cette application pour smartphone. Après deux semaines d’utilisation intensive, nous n’avons plus aucun doute : c’est l’application indispensable et incontournable des fourgonautes !

Elle permet de géolocaliser des endroits où passer la nuit : parkings, lieux en pleine nature, campings, hébergement à la ferme, aires pour camping-cars…

Pourquoi l’application Park4night est-elle si pratique ?

On navigue sur une carte et on peut sélectionner des lieux pour les ajouter à ses favoris. On les retrouve donc ensuite très facilement.

Les lieux proposés sont renseignés par les fourgonautes eux-mêmes. Il est possible de laisser un commentaire, une note et des photographies. On peut donc rapidement se faire une idée de ce qui nous attend. Il faut toutefois relativiser certains avis. Nous n’avons pas tous la même perception des choses et en plus l’état d’un spot peut varier dans le temps.

Lorsqu’un spot vous intéresse, vous pouvez accéder à ses coordonnées GPS et même basculer directement sur votre application GPS préférée. Ainsi, le calcul de l’itinéraire est quasi instantané.

Park4night permet aussi de trouver les lieux qui proposent la vidange des eaux usées ou un accès à l’électricité.

Grâce à la possibilité d’utiliser des filtres, on trouve très rapidement le spot idéal en fonction de ses propres envies et besoins !

Un inconvénient tout de même…

Il y a tout de même un revers de la médaille : l’application est tellement populaire que tout le monde l’utilise ! Il est donc rare de se retrouver seul sur un spot, même en pleine nature et hors saison… Cela permet d’ailleurs de prendre conscience du véritable engouement que rencontrent aujourd’hui les vacances en van.

Il faut aussi noter que la synchronisation des favoris n’est possible entre plusieurs appareils que si vous avez souscrit à l’abonnement payant. Cela vous coûtera moins de 10€ pour l’année. C’est, à notre avis, tout à fait raisonnable pour une application que nous avons utilisée plusieurs fois par jour. Cela ne nous dérange pas du tout d’encourager ainsi son développement.

2. Gérer l’eau et l’électricité

Comme nous vous l’avons expliqué lorsque nous avons présenté l’aménagement de notre van Félix, nous avons une cuve d’eau de 80L qui est reliée à notre évier et une autre de 40L qui alimente uniquement la douche. Concernant l’électricité, nous n’avons pas de panneau solaire mais notre van est équipé de deux batteries auxiliaires.

L’autonomie en électricité

C’est vrai, nous sommes des odieux geeks et nous retrouver sans possibilité de recharger nos téléphones ou nos ordinateurs aurait été un véritable drame ! Et quand on voyage dans un si petit espace, mieux vaut éviter les tensions !

Autant vous dire franchement, quitte à être ridicules, que le manque d’électricité était le point que nous appréhendions le plus !

Finalement, tout s’est bien passé. Nous avons toujours réussi à recharger tous nos appareils (smartphones, stabilisateur, ordinateurs, appareil photo et routeur 4G). Lorsque nous roulions, on branchait systématiquement les téléphones sur l’allume-cigare du tableau de bord qui est donc relié à la batterie principale du véhicule. Tous les matins, nous rechargions nos ordinateurs et lorsqu’ils étaient vides, on les branchait sur le convertisseur 220V.

Nous avions ainsi une autonomie d’environ 48h. Nous aurions pu tenir un peu plus longtemps mais nous ne voulions pas trop solliciter les batteries auxiliaires afin de ne pas les endommager. Après avoir roulé pendant environ 2h, tout était rechargé.

L’autonomie en eau

Un français consomme en moyenne 130L d’eau par jour ! Lorsqu’on voyage en van, on fait beaucoup plus attention car cette ressource devient limitée. Quand la cuve est vide, il faut la remplir… Nous nous sommes aperçus qu’à deux nous consommions environ 25L par jour ! Apparemment, c’est la consommation moyenne d’un Français du XVIIIème siècle ! Concrètement, nous étions donc autonomes en eau pendant 3 jours successifs.

Pour remplir les cuves, nous avons toujours facilement trouvé des robinets, même en pleine nature ! En revanche, nous avons été confrontés, pardon pour le jeu de mots, à un problème de taille : les raccords que nous avions achetés pour connecter notre tuyau aux robinets ne s’adaptaient pas sur les robinets espagnols ! Nous avons donc dû acheter un nouveau jeu de raccords.

Concernant la vidange, les lieux qui proposent la vidange des eaux grises ne manquent pas ! On en trouve vraiment presque partout, même dans de petits villages ruraux et isolés. Et c’est généralement gratuit. Pour ce qui est des eaux noires, les toilettes donc, ce fut un peu plus compliqué. Souvent, lorsque nous trouvions une cuve, elle était déjà pleine… Finalement, nous avons remarqué que pour vider la cassette de nos WC il valait mieux privilégier les aires de service des autoroutes et des stations d’essence.

3. Être écolo en van ?

Nous ne voulions pas boire l’eau de la cuve mais cela nous dérangeait d’acheter des tas de bouteilles en plastique. Nous avons donc acheté un panier à bouteille en métal et 6 bouteilles en verre. Chaque fois que nous le pouvions, nous les remplissions. De même, nous avions une gourde pour les excursions et une autre pour Fermín, notre chien.

Nous avons réussi à tenir ainsi facilement et nous n’avons pas eu besoin d’acheter de l’eau.

En revanche, nous qui sommes adeptes du vrac, nous avons dû accepter l’idée que nous achetions nécessairement plus souvent des produits avec un emballage en plastique. On trouvait facilement des poubelles à proximité des spots où nous dormions mais il restait difficile de faire un tri sélectif des déchets.

Tous les produits d’hygiène et d’entretien que nous utilisons dans le van sont écologiques et naturels. Vive l’argile et ses multiples applications !

Une exception toutefois pour les produits polluants des WC chimiques… Mais c’est tout de même un réel confort que nous avons apprécié. Peut-être se laissera-t-on un jour séduire par les toilettes sèches ?

Enfin, bien sûr, nous avons utilisé beaucoup de carburant, et du diesel en plus ! C’est un grand débat… On se donne bonne conscience en se disant que nous voyagions déjà en voiture avant. Nous aurions donc de toute façon consommé de l’essence. Mais, avec le van, cette dépense d’énergie fossile est optimisée puisque le fait de rouler recharge les batteries auxiliaires. Ce fut donc notre seule dépense énergétique pendant deux semaines.

4. L’hygiène pendant un road trip

Bonne nouvelle : on s’est lavé tous les jours ! Quotidiennement, nous avons utilisé une bassine pliable que nous remplissions d’eau.

Mais nous avons aussi réussi à prendre des douches d’eau chaude. De nombreuses stations d’essence proposent ce service, notamment pour les routiers. Il suffit de demander à la caisse. En échange de votre carte d’identité, on vous remet une clé qui vous donne accès aux cabines de douche. Nous avons payé 2€ chacun. On s’attendait à un confort spartiate et ce ne fut pas le cas ! C’était très propre !

Nous avons aussi réussi à trouver un camping qui a accepté que nous utilisions les douches pour 0,50€ chacun. La gérante était vraiment adorable. Même si nous n’étions que de passage et qu’en plus son camping était fermé, elle nous a accueilli chaleureusement. En revanche, d’autres campings ont refusé de nous rendre ce service… Il fallait payer un emplacement sinon rien…

Nous avons aussi utilisé la douche du van. Ça fait du bien et on ne traîne pas des heures ! Déjà parce qu’on est dehors et en plus parce que l’eau est froide !

On en parle dans les commentaires ?

Et pour vous, quels sont les avantages et les inconvénients du voyage en van ? Avez-vous des appréhensions ?

Abonne-toi à la

NEWSLETTER

Mathieu et Samuel

Auteur Mathieu et Samuel

Nous sommes un couple gay, fusionnel, uni par l’amour, par notre goût pour la culture et par nos indignations communes. Libertaires et écologistes, nous sommes attachés à défendre un monde plus juste, plus humain et plus respectueux du vivant. Notre nouveau défi : devenir digital nomads et parcourir les routes d’Europe en van aménagé !

Tous les articles de Mathieu et Samuel

Rejoins la discussion 2 Commentaires

Laisse un commentaire