Nous avons poursuivi notre route vers la frontière espagnole en marquant une halte à Bordeaux où Séverine nous a accueilli dans son appartement et préparé un barbecue. Apéro sur le balcon, la Garonne et le pont d’Aquitaine en arrière-plan, les aventures parisiennes de Dominique… Que c’est bon de voir ses amis et de passer de délicieux moments en leur compagnie. J’en oublierais presque la laide et détestable campagne où nous avons eu le malheur d’atterrir !

On voudrait que le temps s’arrête, ou qu’il ne soit que ça…

Nous retardons notre départ et découvrons enfin l’appartement de Dominique qui nous a proposé de dîner avec elle, malgré la fatigue, puisqu’elle est rentrée de la capitale le matin-même après un épique voyage en bus (Merci Président…). On s’affaire en cuisine, le concombre italien et le parmesan de Dominique, nos courgettes du jardin, des œufs, et le tour est joué ! Nous dégustons une délicieuse tarte salée en compagnie de la mère de Dominique qui a tenu à nous rejoindre. Les retrouvailles sont d’autant plus chaleureuses et émouvantes qu’elles sont brèves. Il faut déjà reprendre la route.

Fermín quitte Bidule. Leur romance ne faisait que commencer, à peine avaient-ils eu le temps de s’apprivoiser.

Nous arrivons vers minuit à Bayonne, ou plus précisément à l’hôtel B&B de Tarnos où nous avons maintenant nos habitudes.

La nuit passe vite, trop vite. On est encore étourdi mais il faut se préparer. Petit déjeuner à volonté. Il faut prendre des forces quand on voyage alors on ne se prive pas : café, chocolat chaud – à l’eau, il ne faut pas exagérer –, croissants, yaourts, tartines de beurre salé, brioche, pâte à tartiner caca beurk à l’huile de palme… Un festin industriel revigorant !

Fermín a besoin de se dégourdir les pattes. Cela tombe bien, juste à côté de l’hôtel, 3 minutes à pied, se trouve un endroit idéal : les 22 hectares du parc forestier de Castillon avec ses espèces arboricoles exotiques et ornementales, dont cet imposant cèdre du Liban qui accueille les visiteurs, solidement ancré, majestueux. On se sent dans un lieu presque sacré, qui n’inspire que respect et contemplation. Il faudra un jour que nous l’explorions plus avant.

Et c’est reparti… Les autoroutes espagnoles nous attendent. C’est assez plaisant d’y conduire. L’A8 longe l’océan et la chaîne cantabrique, on traverse des montagnes, on passe au-dessus d’un estuaire, le trajet vaut le coup et met en appétit… ça sent bon les vacances ! De doux noms résonnent à nos oreilles : Bilbao, Santillana del mar, San Vicente de la Barquera… Et enfin, la principauté des Asturies !

Il faut beau et chaud, le soleil luit là-haut, pas de nuages en vue, nous voilà rassurés !

Petite déception tout de même, notre restaurant préféré d’Arriondas est fermé ce midi. On se rabat sur un autre qui se trouve un peu plus bas dans la rue : mejillones vinagreta (moules farcies avec des légumes coupés très finement et une sauce vinaigrette), patatas ali-oli, chipirones fritos… On est à la maison, enfin !

Jesús nous attend au gîte. Il est heureux de nous voir alors il s’emballe, il parle, et parle, et parle… De plus en plus vite. On s’accroche, décroche, se raccroche… Il a passé une année pleine de moments difficiles, mais il reste toujours aussi enjoué et optimiste. Il a pensé à Fermín et lui offre un paquet de friandises canines. Toutounet les gobe les unes après les autres, un véritable ventre sur pattes.

On vide les valises et s’installe. On décide de ne pas bouger ce soir pour se requinquer et pouvoir profiter pleinement de ce séjour asturien.

Mathieu et Samuel

Auteur Mathieu et Samuel

Nous sommes un couple gay, fusionnel, uni par l’amour, par notre goût pour la culture et par nos indignations communes. Libertaires et écologistes, nous sommes attachés à défendre un monde plus juste, plus humain et plus respectueux du vivant. Notre nouveau défi : devenir digital nomads et parcourir les routes d’Europe en van aménagé !

Tous les articles de Mathieu et Samuel

Rejoins la discussion 2 Commentaires

  • Juliette MELLON dit :

    Merci pour ce voyage sans fatigue pour moi ! La question est : qui vit au-dessus de vos têtes ? Fantôme paisible ou enfants énergiques ?

    Bonnes vacances à vous !

    Juliette

    • Mathieu dit :

      Pour l’instant, il y a une famille plutôt discrète. On échange des « Hola » quand on se croise. Ils sont aussi arrivés hier et ne restent que cinq jours. Il y a deux garçons d’une dizaine d’années, donc pas de pleurs la nuit! En plus, ils ne semblent pas matinaux. Jesús nous a dit qu’ils venaient d’Estrémadure. Après, le logement du dessus devrait être vacant pendant deux ou trois jours puis une nouvelle famille arrivera. J’espère que tu profites aussi de tes vacances. A bientôt!

Laisse un commentaire