Nous commencions à penser qu’habiter à la campagne et avoir accès à internet en haut débit était une gageure. Et puis, nous avons essayé la 4G Box de Bouygues Telecom. Utiliser une carte SIM et un routeur 4G est une solution alternative à l’ADSL et à la fibre pour ceux, qui comme nous, ont un débit descendant très faible voire parfois insuffisant en zone rurale.

Nous avons finalement trouvé la solution à notre problème de débit internet en zone rurale

L’ADSL en zone rurale

Dix ans de galère… Naviguer avec un débit oscillant entre 0,5 et 2 Mbit/s a été un défi quotidien et nous exagérons à peine ! Combien de crises de nerfs devant des pages qui restaient désespérément blanches, des mails qui mettaient plusieurs minutes à arriver ou partir, des vidéos qui ne se chargeaient que dans la définition minimale et des téléchargements interrompus ? Combien de conversations houleuses avec le service client de Bouygues Telecom ? Nous ne comptons plus les courriers restés sans réponses adressés à Bouygues Telecom et à Orange-France Telecom-qu’on-sait-plus-comment-ça-s’appelle, aux associations de consommateurs, aux députés, aux sénateurs, aux élus locaux, aux ministres, citoyen Macron y compris. Partout, toujours, le silence ou une feinte incompréhension. Le silence gêné d’un État qui paie aujourd’hui les frais d’une politique outrancière de privatisation de ses services publics au nom d’un libéralisme économique qui n’apporte la liberté qu’aux plus aisés.

La loi sur l’accès à internet est mal faite

Ainsi, notre cher député nous avait reçus à sa permanence. Lorsque nous avions soulevé la question du contrôle de l’inaction d’Orange, pourtant en situation de quasi monopole dans les zones rurales, puisque rappelons-le même clients de Bouygues notre abonnement contient le paiement d’une ligne Orange, notre caricatural député de province, proche des dessins de la presse satirique du XIXème siècle, nous avait traités de communistes. Nous imaginons que dans sa bouche de droite pseudo-centriste décomplexée cela se voulait risible et péjoratif. Tenaces, nous avons poursuivi la charge sans nous démonter ! Il nous explique alors que France Telecom respecte la loi, peut-être mal faite mais ainsi faite.

Abasourdis, nous lui rétorquons qu’il est un législateur et que par définition son mandat républicain lui donne le pouvoir et le devoir de faire évoluer la loi. Il botte en touche et tente de nous émouvoir en nous racontant que M. Bouygues lui-même, himself, en personne, avait sollicité son soutien quelques années auparavant pour pouvoir installer une antenne relais dans sa propriété secondaire car sa connexion à internet était bien trop faible. Sans cœur, nous n’avons pas pleuré.

En revanche, nous sommes sortis de ce rendez-vous avec une certaine amertume, ou du moins une désillusion. Ce jour-là, nous avons compris que les dits professionnels de la politique autoproclamés n’étaient en fait que des amateurs peu compétents, et finalement peu attachés aux valeurs républicaines. La chambre n’était bel et bien qu’un ersatz de démocratie. Ce jour-là, nous avons compris que la frontière entre démocratie, démagogie et idiocratie était fragile. Ce jour-là, nous avons fait un pas vers l’anarchisme.

Nous sommes rentrés chez nous, nous avons repris la plume et poursuivi le combat à coups de courriers. Estas son nuestras armas.

Les alternatives à l’ADSL

On s’est mis en quête de solutions alternatives.

Nous avons d’abord pensé au satellite, qui est déjà notre seul moyen de recevoir la TNT gratuite, quand on a payé la parabole et son installation, le décodeur adapté et donc beaucoup plus cher qu’un simple récepteur TNT, et enfin la carte de décryptage de TNT Sat alias Canal+… Nous avons passé des heures et des jours à comparer les offres d’un marché visiblement juteux. Là où il y a de l’injustice, il y a de l’argent à se faire en abusant de la précarité d’autrui. Oh vraiment, marâtre économie ! Nous avons renoncé à cette solution en comprenant que notre consommation serait limitée et notre débit fluctuant dans la mesure où ce système fonctionne sur la base d’une bande passante partagée entre des utilisateurs classés dans une file d’attente…

Nous avons entendu parlé d’offres 4G, mais là encore la consommation de data était limitée.

Récemment, nous avons lancé une nouvelle déclaration d’incident sur notre ligne. Toujours les mêmes procédures, longues, très longues, les mêmes techniciens, la même conclusion : une ligne défectueuse mais conforme à la loi

Un technicien d’Orange est venu deux fois. La première fois, il fut reçu par Mathieu, la seconde par Samuel. Surpris, il se renseigne. Samuel lui explique que la fois précédente c’était son mari qui était à la maison. Il répond qu’il s’en doutait… La grande classe, prix de la tolérance et de l’ouverture d’esprit décerné à Orange…

Essayer la 4G parce que l’ADSL rame

Bouygues nous a proposé une solution de dépannage temporaire, le temps de traiter l’incident ou de s’apercevoir une fois de plus qu’ils ne le traiteraient pas : le galet 4G a fait irruption chez nous. Nous avons inséré la carte SIM fournie, branché l’appareil et miraculeusement cela fonctionnait !

Nous sommes alors entrés dans une autre dimension en passant d’un débit de 0,8 Mbit/s à un débit oscillant entre 15 et 30Mbit/s.

On a tout de suite aimé la 4G. En retournant sur le site de Bouygues Telecom, nous découvrons une offre temporaire, valable entre le 28 mai et le 19 août : la 4G box d’ordinaire affichée avec une consommation de data limitée à 200Go était proposée avec des data illimitées !

Nous avons donc souscrit un abonnement au prix équivalent à celui de notre Bbox, que nous avons par la même occasion résiliée.

Notre avis sur la 4G box

La 4G box est arrivée… Simple à brancher, à connecter et à configurer. Il nous a cependant fallu renoncer à la ligne de téléphone fixe, cette option étant proposée par le routeur 4G mais pas activée par Bouygues Telecom dans son offre… Faut pas exagérer les ruraux, déjà qu’on vous apporte le haut débit, certes avec dix ans de retard mais quand même !

La box fonctionne un peu moins bien que le galet. Notre débit varie entre 5 Mbit/s et 15Mbit/s. Le contrat promet des débits allant jusqu’à 100Mbit/s. On doit être mal couvert. Mais après des années de disettes et de frustrations numériques, c’est l’Éden !

Nous décidons tout de même d’acheter un autre routeur, celui que Bouygues Telecom appelle « galet ».

Nous avons glissé la carte SIM de notre 4G box dans notre nouveau routeur. Cette fois-ci, l’installation n’était pas pré-configurée et il nous a fallu nous montrer plus patients et persévérants. Mais nous y sommes parvenus.

Finalement, après deux semaines d’utilisation de la 4G à la place de l’ADSL, nous sommes très satisfaits. Notre débit n’est pas stable, cela est intrinsèque au fonctionnement de la 4G, mais il descend rarement en-dessous de 5Mbit/s, soit cinq fois plus que ce que nous avions avant. Nous avons remarqué que les baisses ont surtout lieu le soir après dix-huit heures et le week-end. En semaine et en journée, le débit varie plutôt entre 15 et 25 Mbit/s.

Pas de regrets donc, au contraire !

La solution idéale : un routeur 4G et une carte SIM avec des datas illimitées

Finalement, notre bonheur aura été de courte durée. Un mois après l’installation de notre 4G Box, Bouygues nous annonce que l’antenne relais est cassée. Cela explique nos pertes de débit. Le soir et le week-end, nous ne parvenons plus à naviguer.

Il faudrait basculer sur la 3G mais l’offre de Bouygues ne le permet pas.

On ne désespère pas, nous n’avons jamais été aussi près du but. On décide alors de rendre la 4G Box et de changer d’opérateur.

On insère dans notre routeur 4G, le fameux galet, une nouvelle carte SIM. Après avoir épluché toutes les offres de téléphonie mobile, nous avons choisi l’abonnement Premium Illimité de SFR.

On paie plus cher mais on a désormais une vraie connexion à Internet, en illimité en France, où qu’on soit. En effet, la 4G Box ne fonctionnait que chez nous et était bridée quand on la déplaçait.

On pourra donc l’utiliser pour avoir Internet lorsqu’on partira en van. A l’étranger, nous pourrons utiliser 100 GO/mois. C’est amplement suffisant !

Si vous avez aimé cet article, épinglez-le.

Avoir internet en haut débit à la campagne visuel Pinterest

Mathieu et Samuel

Auteur Mathieu et Samuel

Nous sommes un couple gay, fusionnel, uni par l’amour, par notre goût pour la culture et par nos indignations communes. Libertaires et écologistes, nous sommes attachés à défendre un monde plus juste, plus humain et plus respectueux du vivant. Notre nouveau défi : devenir digital nomads et parcourir les routes d’Europe en van aménagé !

Tous les articles de Mathieu et Samuel

Laisse un commentaire