Visuel Pinterest visiter l'EstrémadureAprès avoir quitté Tordesillas, nous avons roulé vers le sud tout l’après-midi. À partir de Salamanque, le paysage change. On voit à perte de vue des plantations de chênes verts. Ce sont de petits chênes dont les feuilles ressemblent à celles du houx. On sent nettement que la main de l’homme est intervenue et qu’ils ne se sont pas plantés naturellement mais le paysage reste charmant. S’ils sont si nombreux c’est que la province de Salamanque et l’Estrémadure sont réputées pour leur production de charcuterie ibérique de « pata negra de bellota ». Les bellotas, ce sont les glands dont se nourrissent ces cochons noirs qu’on aperçoit parfois depuis la route et qui courent en semi-liberté. Plus nous descendons, plus les températures augmentent. On enlève les pulls… C’est l’été en automne… Un peu avant le coucher du soleil, nous arrivons à Plasencia et nous trouvons facilement notre spot pour la nuit. Nous nous sentons bien, nous nous sentons libres. Enfin, nous lâchons prise et nous profitons de l’instant présent.

Vidéo suivante
You can skip ad in
Passer la publicité >
Advertisement
  • Vitesse1
  • Qualité
  • Audio
Qualité
    Vitesse
    • 2x
    • 1.5x
    • 1.25x
    • 1x (Normal)
    • 0.5x
    Langue
      • Lecture Pause
      • Couper le son Remettre le son
      • Plein écran Quitter le plein écran
      Contenu privé
      OK
      Entrez le mot de passe
      Entrez un mot de passe valide !
      0:00

      Le lendemain matin, le soleil est au rendez-vous. On profite du calme matinal. On déjeune au son des cloches que portent les vaches à leurs cous. Autour de nous, il y a en effet une vaste pâture dans laquelle cohabitent bovins, caprins et cochons. Les troupeaux viennent boire et manger tour à tour dans une routine bien rodée. On rit en observant les mères et leurs petits. Vraiment, la journée s’annonce très agréable !

      Pourtant, il faut déjà partir car nous avons décidé de faire une randonnée dans le parc national de Monfragüe. Or, il est interdit d’y stationner pendant la nuit. Il nous faudra donc le traverser dans la journée. Le soleil est au rendez-vous. Il fait 24°C, c’est vraiment l’idéal !

      Lac de Plasencia

      Réveil en douceur près de Plasencia en Estrémadure.

      Une randonnée presque sauvage

      huttes traditionnelles Monfragüe

      Centre d’interprétation de Villarreal de San Carlos

      Nous arrivons donc en fin de matinée à Villarreal de San Carlos, un tout petit village où se trouve le centre d’interprétation du parc et le point de départ de plusieurs itinéraires de randonnée. Nous sommes presque seuls et nous pouvons donc pleinement apprécier le calme de la nature qui nous entoure. On fait un tour rapide du centre qui présente plusieurs huttes traditionnelles.

      Parc National de Monfragüe

      Randonnée dans le Parc National de Monfragüe.

      Le parc s’étend sur 18 000 hectares, auxquels s’ajoutent les 116 000 hectares de la réserve vouée à la protection des oiseaux. Il est traversé par le Tage, le plus long fleuve de la péninsule ibérique. Cet espace protégé offre un paysage qui n’a pas changé depuis des centaines d’années. C’est un refuge pour de nombreuses espèces en voie d’extinction : vautours moines, cigognes noires, aigles ibériques et lynx pardelles notamment. On peut aussi y observer une flore très riche et les nombreux chênes-lièges. Peut-être apercevrez-vous aussi des cochons pata negra qui vivent là en quasi liberté.

      Bon à savoir : les chiens sont acceptés dans le parc mais ils doivent obligatoirement être tenus en laisse.

      Pause-déjeuner dans le parc

      De retour au village, nous avons voulu goûter les spécialités locales. Malheureusement, nous découvrons qu’en Estrémadure, on ne peut pas prendre un menu en terrasse. On ne peut y manger que des « raciones »… Ce sont des plats qu’on trouve dans toute l’Espagne : patatas bravas, calamars, chipirons, croquettes de jambon… Comme Fermín nous accompagne, nous préférons renoncer.

      On rejoint Félix, notre Trafic aménagé, et on s’éloigne de quelques mètres pour le garer sur un immense parking désert. Il fait chaud, la vue est magnifique et nous sommes seuls. On prend le risque de sortir la table pour pique-niquer dehors. Bien sûr, nous faisons bien attention de ne pas polluer et avant de repartir nous prenons l’initiative de ramasser quelques déchets que nous trouvons autour de nous.

      Avant de quitter le parc pour nous rapprocher de Cáceres, nous nous arrêtons au rocher du « Saut du gitan ». On peut y observer un nombre impressionnant de rapaces, notamment des vautours. Nous y sommes restés un long moment, comme happés par ce spectacle insolite. Nous n’avons eu qu’un seul regret : ne pas avoir une paire de jumelles !

      Jour 2 : Cáceres et Mérida, le patrimoine de l’Estrémadure

      L’Estrémadure est divisée en deux provinces qui ont chacune leur capitale, Cáceres au nord, Mérida au sud. Nous avons choisi de nous rapprocher au maximum de Cáceres pour passer la nuit et pouvoir arriver tôt en ville le lendemain matin. Nous n’étions qu’à une quinzaine de kilomètres. L’endroit n’était pas particulièrement agréable car l’autoroute passait sur un pont juste au-dessus de nous. Mais il y a eu finalement peu de passage pendant la nuit et nous avons réussi à dormir.

      La médiévale et chaleureuse Cáceres

      Nous avons pu trouver facilement une place sur un parking réservé aux camping-cars à 10 minutes de marche à peine du centre-ville. Nous avons ensuite rejoint la Plaza Mayor. Là, nous avons été accostés par plusieurs guides qui travaillent pour l’office du tourisme et qui proposent des visites de groupe. Nous avons préféré prendre un plan de la ville et déambuler seuls.

      Rue de Cáceres

      Explorez les charmantes et paisibles rues médiévales de Cáceres.

      Le centre-ville de Cáceres est pour le moins dépaysant. On plonge littéralement dans le Moyen Âge et la Renaissance. On comprend vite pourquoi la ville a servi de lieu de tournage pour un épisode de la série Game of Thrones. Et, malgré la pluie, ce fut un véritable régal pour les yeux ! La ville est d’ailleurs inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Elle compte de nombreux monuments, églises et palais. Mais les visiter était difficile avec un chien. Nous nous sommes donc contentés de nous promener dans le dédale des rues médiévales qui sont entourées par les remparts.

      La gastronomie en Estrémadure

      Avant de repartir, nous avons également goûté à la frénésie des rues commerçantes et semi-piétonnes qui partent de la Plaza Mayor. Nous vous recommandons notamment l’épicerie Mostazo qui propose de nombreuses spécialités estrémègnes : charcuterie, fromages, miel, huile, vins… Les vendeuses étaient vraiment adorables et chaleureuses. Elles ont pris le temps de nous renseigner et de nous donner leurs conseils gastronomiques et culinaires.

      En plus, vous pouvez commander leurs produits via leur site internet et vous faire livrer, même en France !

      Nous avons particulièrement apprécié trois spécialités locales. D’abord, le savoureux miel de chêne vert ! Ensuite, nous avons découvert la morcilla patatera. Il s’agit d’un succulent boudin composé d’un mélange de chorizo et de purée de pomme de terre. Cela se mange froid. On le tartine sur du pain. Cela remplit bien l’estomac et c’est délicieux ! Enfin, Samuel a succombé au fameux Torta del Casar, un fromage de brebis très réputé en Espagne. Sa texture est onctueuse. Pour éviter qu’il ne sèche, on découpe la croûte du haut et on creuse ensuite l’intérieur du fromage.

      Concernant le jambon, une autre spécialité locale, voici quelques explications qui vous permettront de savoir ce que vous achetez en Espagne :

      • le jamón ibérico de bellota, ou pata negra, est produit à partir de porcs ibériques élevés en liberté et nourris uniquement avec ce qu’il trouvent dans leurs pâtures, dont les fameux glands de chênes verts. C’est le top du top, vous pouvez y aller les yeux fermés mais cela peut cependant faire mal à votre porte-monnaie…
      • le jamón ibérico de cebo est produit à partir de porcs ibériques élevés et nourris à la ferme. C’est une gamme plus accessible et de bonne qualité.
      • le jamón serrano, ou « jambon montagnard » est produit à partir de porcs blancs transformés en Espagne mais élevés et nourris n’importe où dans le monde de manière intensive et industrielle… Choisissez alors un affinage d’au moins 12 mois. Bon, c’est moins cher, c’est bon mais c’est industriel…

      L’antique Mérida : piège à touristes ?

      Nous avons ensuite poursuivi notre route jusqu’à Mérida. Changement de décor et d’ambiance. On se rapproche de l’Andalousie et cela se ressent ! L’architecture est plus basse, les maisons sont blanches et le rythme plus méditerranéen. Les rues étaient peu animées à cause de la pluie mais aussi de la sieste ! Les commerces étaient presque tous fermés l’après-midi car ils n’ouvrent qu’à 18h… S’il veut s’occuper, le touriste est donc contraint de se réfugier au Musée d’art romain. Il peut ensuite visiter, juste en face, le théâtre et l’amphithéâtre romains. Cela vaut vraiment le coup mais le plaisir est terni par l’accueil peu chaleureux du personnel. Autre point négatif : le site archéologique est interdit aux chiens.

      Ces sites ferment leurs portes juste au moment où les commerces ouvrent les leurs… Il y a beaucoup de boutiques où on peut acheter des « souvenirs » estrémègnes made in china. Quant aux restaurants, cela sent aussi le piège à touristes… C’est cher et on ne trouve pas de spécialités régionales. Là, on mise sur les valeurs sûres de la gastronomie espagnole : calamars et paëlla à tous les coins de rue…

      Au final, on dépense beaucoup d’argent à Mérida et on a la désagréable impression que tout est prévu pour… D’ailleurs, nous avons aussi opté pour le parking payant après avoir tourné pendant une heure dans la ville.

      Nous avons rencontré quelques problèmes techniques et nous n’avons pas pu prendre de photos. La pluie a également gâché la visite. On s’est donc dit qu’on reviendrait mais un jour ensoleillé.

      Malgré tout, c’est une ville surprenante avec un patrimoine riche, lui aussi inscrit à l’Unesco. On découvre, en plein centre-ville, au milieu des immeubles et des commerces, de nombreux vestiges de l’Empire romain : le magnifique temple de Diane, un impressionnant pont romain, l’arc de Trajan…

      Jour 3 : Alcántara, le pont qui enjambe le Tage

      village d'AlcántaraSitué à la frontière avec le Portugal, dominant le Tage, le village d’Alcántara est un lieu qui fut stratégique depuis l’Antiquité. C’est un endroit chargé d’histoire et on le ressent en déambulant dans ses rues étroites, entre les murs blancs des maisons. Même si le village est petit, on sent différentes ambiances selon les quartiers qu’on traverse.

      Pour y accéder, on doit traverser la partie espagnole du magnifique Parc Naturel du Tage International, ainsi nommé car il se poursuit au Portugal. On peut apercevoir de nombreux nids de cigognes tout au long de la route. À l’entrée du village, le grand parking de l’office du tourisme permet de laisser sa voiture et de la récupérer ensuite pour descendre jusqu’au pont. L’endroit est vraiment stupéfiant. À voir absolument si vous passez en Estrémadure !

      Pont romain d'Alcántara

      Pont romain d’Alcántara qui enjambe le Tage à la frontière du Portugal.

      Notre séjour en Estrémadure devait déjà s’achever. La météo allait changer et il faisait maintenant plus beau au nord du pays. Nous avons donc décidé de partir en fin d’après-midi et de rouler de nuit jusqu’en Asturies.

      On en parle dans les commentaires ?

      Partagez avec nous vos bons plans en Estrémadure. Vous êtes allés à Cáceres ou Mérida, qu'en avez-vous pensé ?

      Abonne-toi à la

      NEWSLETTER

      Mathieu et Samuel

      Auteur Mathieu et Samuel

      Nous sommes un couple gay, fusionnel, uni par l’amour, par notre goût pour la culture et par nos indignations communes. Libertaires et écologistes, nous sommes attachés à défendre un monde plus juste, plus humain et plus respectueux du vivant. Notre nouveau défi : devenir digital nomads et parcourir les routes d’Europe en van aménagé !

      Tous les articles de Mathieu et Samuel

      Laisse un commentaire